Nature

 

 

 

La traversée du lac ne concerne pas seulement le lac et ses rives, mais aura des répercussions énormes sur la campagne alentour et sur des zones naturelles d’une grande richesse.

 

 

 

 

 

 

Boucher l’horizon? NON!

Le pont serait d’une hauteur proche de celle du jet d’eau, il boucherait complètement la vue sur la rade, le Salève et le Mont-Blanc et défigurerait le lac. De plus, le bruit de fond continu d’une autoroute dégraderait la qualité de vie des habitant·e·s des villages alentours et de la faune.

 

3x plus de gravats que le CEVA? NON!

Cet ouvrage va générer au minimum 3,5 millions de m3 de gravats à évacuer, à savoir 3x plus que le CEVA si c’est un pont... ou 6x plus si c’est un tunnel!

 

Davantage de pollution? NON!

Les dépassements des normes légales de pollution sont déjà fréquents avec un impact très lourd sur la santé de la population. Une nouvelle autoroute créerait encore plus de bruit et de pollution aux abords du lac et dans l’ensemble de l’agglomération.

 

Détruire le climat? NON!

Alors que le réchauffement climatique est une préoccupation mondiale majeure, un tel projet dédié au trafic motorisé ferait exploser les émissions de CO2 du canton.

 

Poumon vert menacé? NON!

L’autoroute et ses jonctions de Rouelbeau et Puplinge, ainsi que les projets de forte densification et de zone industrielle prévus aux abords de l’autoroute ne se feraient qu’en détruisant la nature et les terres agricoles!

 

Saccager des milieux naturels? NON!

L’autoroute passerait à 25 m de la Pointe à la Bise, qui est l’unique réserve naturelle lacustre du canton et qui accueille de nombreux oiseaux et batraciens. D’autres zones naturelles d’importance nationale sont menacées: la Haute Seymaz notamment, qui a vu le retour du castor grâce à sa récente renaturation. Ce projet menace directement des connexions naturelles essentielles pour la faune locale!

NON à la destruction d’une nature précieuse